Sans-titre---3
gif

Bienvenue sur le site de l'unité RiverLy du Centre INRAE Lyon-Grenoble Auvergne-Rhône-Alpes !

RiverLy est une unité de recherche et de développement pluridisciplinaires sur le fonctionnement des hydrosystèmes.
Elle allie des compétences en écologie, microbiologie, écotoxicologie, chimie environnementale, hydrologie et hydraulique.

RiverLy développe des approches couvrant l’ensemble des niveaux d’organisation du vivant (de la cellule aux communautés d’organismes) aux différentes échelles structurant les hydrosystèmes (des microsites jusqu’aux grands bassins versants) pour appréhender la qualité, le fonctionnement et les dynamiques des hydrosystèmes.

Liste des actualités

Toutes les actualités
Article

22 septembre 2023

Rédaction : com

RiverLy à la Fête la science 2023

L'unité RiverLy participe à l'édition 2023 de la Fête de la science avec pour thème "1, 2, 3... tous à l'eau".
Dans le contexte actuel de dérèglement climatique, une équipe franco-suisse de glaciologues et d’écologues modélise et explore l’évolution des glaciers sur Terre d’ici à 2100. Leur étude publiée dans la revue Nature montre comment protéger les glaciers et les écosystèmes post-glaciaires par l’atténuation du changement climatique et par des mesures de protection in situ.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE - L’application de sciences participatives DRYRivERS montre déjà des premiers résultats ! Déployée à l’échelle internationale en 2022, elle enregistre en 1 an plus de 4 000 contributions. Un ensemble de données en open source, accessibles à tous via un simple site web. Un démarrage encourageant pour la préservation et la gestion de nos rivières, à l’échelle du globe.
Les régions alpines se réchauffent à un rythme plus rapide que la moyenne planétaire. Or, le niveau élevé d’endémisme rend la biodiversité alpine particulièrement vulnérable au changement climatique car les barrières géographiques limitent les possibilités de migration vers le pôle. On attend donc que les populations d’espèces alpines se retirent vers des altitudes plus élevées. Grâce au couplage de modèles de l’extension future des glaciers, de leur influence sur les conditions de vie dans les cours d’eau qu’ils alimentent et de niches écologiques des espèces, une équipe internationale de chercheurs a mis au point une méthode nouvelle pour identifier les refuges potentiels dans le futur pour les espèces adaptées aux basses températures. Cette nouvelle approche peut désormais être appliqué pour estimer la biodiversité alpine future et guider l’adaptation des espaces protégés afin d’optimiser leur potentiel de conservation.